Passer au contenu principal

AVIS IMPORTANT : Le 1er janvier 2020, La Great-West, compagnie d’assurance-vie, la London Life, Compagnie d’Assurance-Vie et La Compagnie d’Assurance du Canada sur la Vie sont devenues une seule et même compagnie : La Compagnie d’Assurance du Canada sur la Vie. En savoir plusOuvre un nouveau site dans une nouvelle fenêtre - S’ouvre dans une nouvelle fenêtre

Le risque associé à une longévité accrue

Partager

 

Il n’y a pas deux personnes identiques; c’est la raison pour laquelle il est si difficile de répondre à la question « combien dois-je épargner pour la retraite? ». Avant de répondre à cette question, songez aux points suivants :

  • À quel âge ai-je commencé à épargner pour la retraite?
  • Combien ai-je mis de côté et à quelle fréquence?
  • À quel âge aimerais-je prendre ma retraite?
  • Pendant combien de temps dois-je pouvoir vivre de mon épargne-retraite?

Les progrès médicaux qui permettent aux Canadiens de vivre plus longtemps et en meilleure santé entraînent des répercussions directes sur l’épargne-retraite. Si vous ne faites pas preuve de discipline quant à l’épargne, vous courez le risque d’épuiser votre épargne-retraite de votre vivant. C’est pourquoi il est important de prévoir avec précision pendant combien de temps les Canadiens devront pouvoir compter sur leur épargne-retraite.

Selon Statistique Canada, les Canadiennes et Canadiens vivent de deux ans et demi à trois ans et demi de plus qu’il y a 30 ans. Des données comme celles-ci ont incité le gouvernement fédéral à repousser de deux ans, soit à 67 ans, l’âge d’admissibilité à la Sécurité de la vieillesse (SV) d’ici 2030. Cependant, ce n’est pas seulement au gouvernement de planifier pour tenir compte de la longévité accrue — il s’agit aussi de votre responsabilité.

Pourquoi attendre?

Que pourriez-vous faire avec un montant supplémentaire de 567 $ par mois?

Le graphique compare la rente mensuelle reçue à 65 ans à celle touchée à 67.

* En fonction d’une épargne-retraite de 500 000 $. Suppose un rendement de 5 %, après déduction des frais, tout au long de la période de 24 mois qui s’est écoulée de 65 ans à 67 ans, et une cotisation annuelle maximale de 18 % d’un salaire de 50 000 $, soit des cotisations annuelles de 9 000 $.

Se préparer en tenant compte de la longévité : M. Simard

Notre participant fictif au régime collectif, M. Simard, a 65 ans. Les rendements médiocres de ses placements et le fait d’avoir remis à plus tard la planification de sa retraite ont limité la croissance des 500 000 $ qu’il a mis de côté pour sa retraite. Il aimerait savoir si le fait de différer sa retraite jusqu’à ce qu’il ait 67 ans aurait une incidence sur son revenu de retraite mensuel.

Ne faites pas comme M. Simard. En passant à l’action plus tôt, vous pouvez accroître votre épargne et ainsi éviter d’épuiser les fonds accumulés pour votre retraite de votre vivant. Une planification adéquate peut s’avérer profitable pour vous au moment de transférer votre épargne-retraite dans des produits de revenu de retraite tels qu’un fonds de revenu viager ou une rente. Si vous participez à un régime collectif de la Canada Vie, servez-vous des ressources offertes, comme l’outil Planifier votre retraite, accessibles dans Accès SRC pour constater qu’un peu de planification peut faire une grande différence pour votre avenir.

Partager

Prochaine leçon: Stratégies de placement éprouvées